L’Arte del Mondo redécouvre l’opéra du 18e siècle

Finta GiardinieraPassionnantes réalisations que celles de l’Arte del Mondo, dirigé par l’ex-Konzertmeister du Concerto Köln, Werner Ehrhardt. L’orchestre, qui a notamment publié un récital consacré à Joseph Martin Kraus avec Simone Kermes, et un autre très réussi avec la soprano Chein Reiss, continue de s’intéresser aux compositeurs méconnus de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, souvent éclipsés par Mozart. Viennent ainsi d’être publiés chez Deutsche Harmonia Mundi une Finta Giardinieria de Pasquale Anfossi (créée à Rome en 1774 un an avant celle de Mozart, sur le même livret) et un Medonte, opéra seria de Mysliveček. Par ailleurs, une Clemenza di Tito de Gluck sera enregistrée fin 2013 et un disque autour de Johann Franz Xaver Sterkel est en préparation. Enfin, l’Arte del Mondo a enregistré un CD – consacré à Mozart cette fois! – avec la grande Edita Gruberova.

Mysliveček, compositeur tchèque très reconnu dans son pays (un biopic est en préparation pour le cinéma!), est particulièrement à l’honneur en ce moment. L’opéra de Dijon va en effet donner la semaine prochaine son Olimpiade, composé bien évidemment sur l’inépuisable livret de Metastase. A la mise en scène, rien moins qu’Ursel Herrmann et au pupitre, Václav Luks et son excellent Collegium 1704. La production a été créée à Prague il y a quelques semaines et recueille d’ores-et-déjà des retours dithyrambiques.

L’Arte del Mondo redécouvre l’opéra du 18e siècle
Mot clé :