Vivaldi en 10 CD, une discographie idéale

Il y a deux ans, nous proposions une discographie idéale consacrée à Mozart. C’est maintenant au tour d’Antonio Vivaldi d’être à l’honneur, avec une sélection de 10 CD qu’il est à notre avis indispensable de connaître, et qui permettent de faire un tour assez complet de l’œuvre du compositeur vénitien.

Retrouvez cette sélection sur la playlist Spotify « Vivaldi en 10 CD » (*), ou découvrez notre playlist « Vivaldi », comportant une sélection d’une centaine de morceaux.

(*) Le disque du Stabat Mater par Carlos Mena et celui des 4 Saisons par Galfetti/Fasolis, non disponibles sur Spotify, ont été respectivement remplacés par ceux de Sara Mingardo et Giuliano Carmignola.
 

0002894665692_600The Vivaldi Album – Bartoli (Decca)

En 1999, Cecilia Bartoli subjuguait le monde de l’opéra avec cette anthologie de l’oeuvre lyrique de Vivaldi, décrochant son plus grand succès discographique. On a eu alors l’impression de redécouvrir un pan entier de l’oeuvre de Vivaldi, pas tant pour les nombreux inédits présentés, mais grâce à une interprétation révolutionnaire, Bartoli étant en effet la première à rendre enfin justice à l’écriture vocale parfois inhumaine de Vivaldi. De nombreux autres chanteurs ont suivi, mais aucun n’a, à ce jour, ne serait-ce qu’approché la folie bartolienne de ce disque.

0709869002452_600Orlando Furioso – Spinosi (Naïve)

Jean-Christophe Spinosi et son Ensemble Matheus sont rapidement devenus des spécialistes incontournables de Vivaldi, en particulier dans les opéras, dont ils ont donné de nombreuses représentations au Théâtre des Champs-Elysées dans les années 2000. Pour cet Orlando Furioso, seul opéra connu de Vivaldi avant la résurrection bartolienne, Spinosi réunit une distribution parfaite, avec notamment la tonitruante Marie-Nicole Lemieux dans le rôle titre. On conseillera également, par la même équipe, l’opéra La Fida ninfa.

5099907091452_600Farnace – Fasolis (Erato)

De ce Farnace, Diego Fasolis donne une version captivante, réussissant à passionner de bout en bout grâce à une direction alerte et inventive. Le chef, soutenu par un orchestre éblouissant (I Barocchisti), a réuni une distribution royale, avec en tête le Farnace incandescent de Max-Emmanuel Cencic et la Selinda d’Ann Hallenberg.

 

3760020170684_600Stabat Mater – Mena/Pierle (Mirare)

S’il existe de nombreux excellents enregistrements de ce célébrissime Stabat Mater, peu de chanteurs ont finalement marqué les esprits, à part peut-être Sarah Mingardo ou Marie-Nicole Lemieux. On avouera notre préférence pour un outsider : le contre-ténor Carlos Mena, dont la droiture et la sensibilité font merveille dans un disque au programme et à l’interprétation généreux.

 

0709869002384_600Vespri per l’Assunzione di Maria Vergine – Alessandrini (Naïve)

Ce double CD propose la reconstitution d’un office des Vêpres de la fête de la Vierge Marie, à partir de diverses pièces sacrées de Vivaldi. Une sélection bien choisie, et une équipe de solistes qui fait merveille (la contralto Sara Mingardo en tête), emmenée par un Rinaldo Alessandrini toujours juste. Le même chef a signé également un superbe enregistrement du fameux Gloria.

 

0829410486965_600Les 4 saisons – Galfetti/Fasolis (Claves)

Il existe des centaines de versions, pour tous les goûts, d’une œuvre qu’on croit détester car trop entendue. Et pourtant, faites l’essai avec cette version injustement méconnue signée du violoniste Duilio Galfetti, accompagné par Diego Fasolis et ses Barocchisti. Un mélange parfait de virtuosité et d’inventivité, une fureur jamais contenue mais sans hystérie, et un plaisir sonore constant. Des éléments que d’autres excellentes versions apportent – par exemple Biondi ou Carmignola – sans atteindre totalement l’équilibre radieux ici présenté.

 

0000232124_500La Stravaganza – Podger (Channel Classics)

C’est pour nous le sommet absolu de la discographie vivaldienne. Peut-être pas pour l’oeuvre, qui recèle certes de nombreux moments inoubliables, mais qui reste globalement moins inventive que l’Estro Armonico. Mais pour l’interprétation qui subjugue de bout en bout : Rachel Podger, incroyable virtuose au violon, réussit l’exploit de rendre bouleversante chacune de ses interventions, qu’elle soit lente ou rapide. L’ensemble Arte dei Suonatori la soutient avec grâce et fougue. Podger a également gravé un autre opus, La Cetra, disque tout autant recommandable.

 

0724354531552_600L’Estro Armonico – Biondi (Erato)

Ces douze concerti pour 1, 2 ou 4 violons constituent sans doute l’opus le plus parfaitement réussi de Vivaldi. Inutile de préciser qu’il nécessite un orchestre et des solistes d’une incroyable virtuosité. Avec fougue, inventivité (quelles ornementations !), et une interprétation toujours à la limite de la cassure, Fabio Biondi et l’Europa Galante en ont signé à ce jour, et de loin, la version de référence. En attendant Rachel Podger, dont on annonce la sortie de l’opus pour l’année 2015 !

 

0709869002322_600Concerti per flautino e archi – Marcq/Spinosi (Naïve)

Ce disque présente une anthologie de concertos pour flautino, avec notamment les très connus extraits de l’opus 10 « La notte » ou « La tempesta di mare ». La flûte à bec de Sébastien Marcq et la frénésie de l’Ensemble Matheus font ici merveille, dans des versions « de chambre » à une corde par pupitre. On y retrouve le célébrissime Concerto RV443, connu du grand public sous le nom de  « Concerto pour piccolo » (heureusement ici donné dans une version dépouillée de tout lyrisme dégoulinant), dont Truffaut avait utilisé le déchirant largo dans son film L’enfant sauvage.

3760014191909_600Per l’Orchestre di Dresda – Kossenko (Alpha)

Les concerti pour l’Orchestre de Dresde, alors considéré comme le meilleur au monde, furent commandés à Vivaldi par l’Électeur de Saxe, probablement par l’intermédiaire de Pisendel, virtuose et premier violon de l’orchestre. Sollicitant tous les pupitres, ces œuvres sont d’une difficulté redoutable, présentent un aspect plus « orchestral » de l’œuvre de Vivaldi. Alexis Kossenko et ses Ambadasseurs en ont signé une anthologie éblouissante : écoutez ces cors de chasse qui retentissent, ce pétillement de virtuosité, ces équilibres entre pupitres … un pur délice sonore !

Vivaldi en 10 CD, une discographie idéale
Mot clé :