Sur 25 institutions lyriques en France, seules 2 sont dirigées par une femme

De nombreux rapports récents (SACD, Ministère de la Culture) ont souligné les très fortes inégalités qui existent entre femmes et hommes dans la culture. La musique classique et l’opéra sont bien loin de faire exception à ce triste constat, puisque les femmes y sont plus que sous-représentées dans les postes de direction ou les programmations (chefs d’orchestre, solistes, metteurs en scène).

Ainsi, à quelques jours de la journée internationale du Droit des Femmes, il est triste de constater parmi les 25 institutions lyriques recensées par la Réunion des opéras de France (ROF), seules 2 sont dirigées par une femme : Caroline Sonrier à Lille et Valérie Chevalier-Delacour à Montpellier (depuis quelques semaines). Ceci équivaut à un taux d’accès des femmes de 8 % (!), qui se passe de tout commentaire. Un taux qui pourrait peut-être bientôt très légèrement augmenter : on parle en effet d’une nomination possible de Laurence Equilbey à la direction de l’Opéra comique à Paris.

Sur 25 institutions lyriques en France, seules 2 sont dirigées par une femme
Mot clé :