Entretien avec … Daniel Behle

Daniel BehlePhoto : Marco BorggreveAprès avoir étudié le trombone et la composition, c’est finalement vers le chant, qu’il étudiera à Hambourg, que Daniel Behle décide de se tourner. Extrêmement agile, avec beaucoup de facilités dans l’aigu, sa voix a toutes les qualités pour briller dans des répertoires variés, du baroque au romantisme allemand.

Outre plusieurs enregistrements de lieder et un récent CD consacré à Bach, il a ainsi participé à plusieurs récentes réussites discographiques : Tamino dans la Flûte enchantée, Artabano dans l’Artaserse de Vinci ou encore Pompeo dans le Farnace de Vivaldi. Comme le montre son agenda, Daniel Behle déborde de projets. Pour les parisiens, il sera dans quelques semaines Ottavio dans le Don Giovanni qui sera présenté au TCE par le tandem Jérémie Rhorer / Stéphane Braunschweig.

Pouvez-vous nous parler de vos récents projets ?

Je publie trois CD cette année, notamment le Wintereise de Schubert avec le trio Oliver Schnyder et mon premier récital qui sortira chez Decca Records en juillet. Ma prise de rôle la plus importante sera Idomeneo, que je chanterai en septembre 2013 à Francfort. Par ailleurs, je suis ravi de revenir au TCE  qui est un superbe théâtre. Le rôle de Don Ottavio est amusant à chanter, d’autant plus que mes deux arias figurent dans la production (NDLR : l’air du 2e acte « Il mio tesoro » a été écrit par Mozart pour la reprise de Don Giovanni à Vienne, il est parfois coupé quand la « version de Prague » de l’oeuvre est donnée).

Vous chantez à la fois avec des orchestres jouant sur instruments anciens et des formations « modernes », est-ce important pour vous de faire les deux ?

C’est une façon différente de chanter. Avec un diapason plus bas, tout est plus grave, vers la voix de baryton. Pour être honnête, je préfère le diapason moderne car je perds un peu de brillance vocale avec les instruments anciens. Beaucoup d’arias pour ténor ont besoin d’être soutenus pour avoir leur effet sur le public.

Vous avez chanté et enregistré Tamino avec René Jacobs, avez-vous d’autres projets ensemble ?

Nous sommes en contact, mais j’ai dû annuler certains projets à cause de mon agenda chargé. C’est très dommage car c’est une grande opportunité de pouvoir chanter avec Maestro Jacobs.

Quelles sont vos envies pour les années à venir ?

J’aimerais chanter davantage d’opéra italien. Un CD d’airs de Mozart est en prévision, mais il faut du temps et de l’argent pour mener ce genre de projet, et nous cherchons encore un sponsor pour l’enregistrer.

Avez-vous d’autres hobbies à part la musique ?

J’aime me consacrer à ma famille, mon épouse et ma fille.

Connaissez-vous « Il tenero momento », l’air extrait de Lucio Silla de Mozart ?

Oui, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de chanter ce rôle !

Merci à Parnassus Arts Production

→ Pour découvrir Daniel Behle, écoutez nos playlists sur Qobuz et Spotify !

Entretien avec … Daniel Behle
Mot clé :